Résultat de recherche d'images pour "image Regroupement adaptation libre de droit"

L’enseignante spécialisée à l’école sainte Anne : Nathalie Gentil

Enseignante spécialisée à l’école sainte Anne, je vais ici expliquer mon métier et mon rôle au sein de l’école que vous avez choisie pour votre (vos) enfant(s) ou que vous choisirez peut-être.

Comme vous le savez, le système éducatif doit s’adapter à la diversité des élèves.
Les élèves dont nous avons la responsabilité doivent réussir leur scolarité. Cela ne signifie pas que les parcours seront identiques, cela signifie que, quel que soit son niveau, ses talents, chaque élève doit progresser, en suivant son propre parcours.
Les enseignants ont d’une part des programmes à respecter, d’autre part ils sont attentifs à la façon dont chaque élève va se les approprier.
Les objectifs de l’école sainte Anne sont :
– Rechercher un enseignement de qualité,
– Respecter la diversité des élèves,
– Apporter les réponses les mieux adaptées aux besoins éducatifs particuliers.
Pour cela, l’école adapte donc diverses formes d’aide et de soutien.

L’école sainte-Anne a choisi de mettre en place depuis vingt ans déjà un dispositif-ressource : le Regroupement d’Adaptation, appelé communément le R.A.

J’ai été nommée sur ce dispositif il y a dix ans.
Les enseignants ont un regard dans leur classe, je leur apporte un regard extérieur.
Ainsi, nous pouvons ensemble évaluer, analyser les situations et adapter les réponses selon les besoins des élèves :
– PPRE (Programme Personnalisé de Réussite Éducative),
– APC (Activités Pédagogiques Complémentaires)
– RA
Quand un élève a besoin d’être accompagné pour prévenir (maternelle) ou remédier (primaire) à une difficulté, les interventions dans le RA viennent s’articuler avec le travail de la classe.

Les élèves en grande difficulté ne pourront pas tous rattraper le niveau du groupe-classe, mais ils doivent progresser et gagner en estime d’eux-mêmes. Je vais donc expliquer l’intérêt du Regroupement d’Adaptation.

Travail au Regroupement d’Adaptation

Le RA regroupe des élèves qui ont les mêmes difficultés, en français ou en maths. Les élèves viennent travailler dans ma classe, située au deuxième étage de l’école, en face de la classe des CM2.
Ils viennent en groupe restreint , de 2 à 5 élèves, ce qui leur permet d’avoir des interactions entre eux, de prendre le temps de travailler une notion difficile, de manipuler, de verbaliser, de prendre confiance en eux …
Les actions menées concernent le plus souvent :
– le langage , l’espace, le temps, la compréhension, la phonologie et les activités logico-mathématiques en maternelle,
– la phonologie, le renforcement du code alphabétique, l’encodage (écriture) et le décodage (lecture) en CP,
– la maîtrise des sons complexes, la fluence de lecture, la compréhension de lecture et la production d’écrit en CE,
– La production d’écrit et l’orthographe en CM,
– la numération : construction du nombre et compréhension du système décimal, le sens de opérations et le raisonnement en primaire.


Les élèves que j’accompagne viennent au rythme de deux séances par semaine, pendant 30 à 45 minutes, sur temps de classe, pendant que les autres élèves réactivent leurs connaissances au sein de la classe. Aucune nouvelle notion est abordée en classe pendant ces séances, ce qui demande beaucoup de flexibilité de la part de mes collègues !


Mes élèves prennent le temps en petit groupe de renforcer les bases qui leur manquent. Nous réfléchissons ensemble à comprendre ce qui leur fait obstacle et nous travaillons avec du matériel.


Par exemple, pour écrire, ils utilisent de petites lettres mobiles qui leur permet de se concentrer sur les sons en les soulageant du geste graphique. Ils recopient ensuite les mots formés sur leurs cahiers, ainsi l’action d’écrire se passe en deux temps : faire correspondre les sons qu’ils entendent avec les lettres, puis écrire et se concentrer sur leur geste d’écriture. Cela leur permet de réussir là où ils échouent habituellement.

La répétition de tâches réussies leur donne confiance. Ils deviennent de plus en plus autonomes en automatisant des façons de travailler auxquelles l’accès leur était délicat.


En mathématiques, ils représentent les nombres avec du matériel concret : ils visualisent les nombres , les ordres : centaines, dizaines et unités. Et ceux qui n’en avaient aucune représentation mentale finissent par l’acquérir, ce qui leur permet ensuite de concevoir par exemple, la grandeur d’un nombre, la comparaison , … ce qui est fondamental pour ancrer les apprentissages en mathématiques.

Résultat de recherche d'images pour "image lecture libre de droit"

Comment amener son enfant à aimer lire

De la naissance à la maternelle :
• Jouez avec votre enfant pour l’aider à distinguer les sons.
• Inculquez -lui que l’écrit est porteur de sens et que les lettres représentent des
sons.
• Ne simplifiez pas trop votre vocabulaire.
• Répondez aux questions .
• Posez des questions.
• Lisez à voix haute.
• Donnez l’exemple et montrez que vous aimez lire et apprendre.
• Indiquez, par vos paroles et vos actes, que la lecture ouvre au monde.
• Adaptez l’environnement de votre enfant pour rendre la lecture attrayante.

Du CP au CE1 :
• Faites lire votre enfant chaque jour, sous forme de séances courtes (5 à 10
minutes).
• À moins de savoir exactement ce que vous faites, retenez-vous de vous lancer
dans l’enseignement de la lecture.
• Vérifiez que votre enfant fait des progrès raisonnables dans son apprentissage de
la lecture.
• Soutenez avec enthousiasme les progrès en lecture de votre enfant.
• Trouvez-lui des occasions d’utiliser la lecture ou l’écriture.
• Montrez par votre attitude que la lecture est un plaisir, et non un travail.

À partir du CE2 :
• Encouragez l’entraînement à la lecture chez l’enfant qui ânonne .
• Cherchez des occasions d’amener votre enfant à lire ( lecture en famille, écoute
d’un livre audio, fréquentation d’une bibliothèque)
• Si votre enfant manque de connaissances, aidez-le à apprécier la lecture.

L’adolescent qui n’aime pas lire :
• Ne harcelez pas votre enfant, ne le félicitez pas, ne critiquez pas ce qu’il lit :
n’exercez aucun type de contrôle sur ses lectures.
• Rendez facile l’accès aux livres.
• Aidez votre enfant à trouver un moment et un endroit favorables à la lecture.